Peut-on vérifier et réparer un site WordPress piraté soi-même ?

Dans le monde numérique trépidant d’aujourd’hui, les sites web sont devenus une vitrine essentielle pour les entreprises, les blogueurs et les créateurs de contenu. WordPress, en tant que système de gestion de contenu (CMS), domine le marché avec sa facilité d’utilisation et ses nombreuses personnalisations grâce à des plugins et thèmes variés. Cependant, cette popularité fait de WordPress une cible privilégiée pour les pirates.

Symptômes et diagnostic d’un site WordPress piraté

Il y a des signes avant-coureurs qui ne trompent pas concernant le piratage WordPress. Si vous ne pouvez plus accéder à votre tableau de bord, ou si vos utilisateurs reçoivent des spams émanant de votre site web, il y a fort à parier que vous avez été piraté. Autres indices : l’apparition de liens ou de médias étrangers sur votre site, ou encore des avertissements de Google indiquant que votre site internet pourrait compromettre la sécurité des visiteurs.

En effet, les moteurs de recherche sont parfois les premiers à détecter des anomalies en raison de leur analyse constante des sites web. Ils peuvent ainsi restreindre votre visibilité et affecter votre référencement naturel si des logiciels malveillants sont détectés.

Un site WordPress piraté ne signifie pas nécessairement un manque de sécurité WordPress de votre part. Vous obtiendrez plus d’explications en vous rendant ici.

Auto-réparation d’un site WordPress piraté

Si vous êtes techniquement averti et que vous préférez tenter de réparer votre site WordPress pirate par vous-même, il y a plusieurs étapes que vous pouvez suivre :

  1. Sauvegarde : Avant toute chose, faites une sauvegarde intégrale de votre site, base de données comprise.
  2. Mise en mode maintenance : Pour éviter que les visiteurs ne soient exposés à des menaces, mettez votre site en mode maintenance.
  3. Analyse des fichiers : Vérifiez les fichiers PHP et autres fichiers de votre site à la recherche de codes suspects ou de fichiers non reconnus.
  4. Mise à jour : Assurez-vous que votre version de WordPress, ainsi que tous les plugins et thèmes, soient à jour.
  5. Scan de sécurité : Utilisez des plugins de sécurité pour scanner et détecter les malwares.
  6. Nettoyage : Supprimez les fichiers malveillants et les plugins ou thèmes n’étant pas de sources sûres.
  7. Changement des mots de passe : Changez tous vos mots de passe, notamment ceux du tableau de bord, de la base de données et du FTP.
  8. Réinstallation : En dernier recours, réinstallez WordPress et restaurez vos données à partir de la sauvegarde.